Casablanca
 
Edito  
   

Le refus scolaire anxieux, anciennement appelé phobie scolaire, est un motif fréquent de consultation pédopsychiatrique et d’inquiétude des familles.
 

Le milieu scolaire qui est un lieu d’apprentissage et d’épanouissement tant sur le plan intellectuel que social, se révèle être un des lieux privilégiés où peuvent se manifester les difficultés psychiques des enfants, notamment l’anxiété. L’école se trouve impliquée sans pour autant être directement responsable.

Le refus scolaire anxieux entraîne une grande souffrance chez l’enfant avec une détresse émotionnelle, une incapacité de surmonter l’angoisse ressentie et voire même une somatisation.
Un symptôme qui implique une variété importante de tableaux cliniques d’un enfant à un autre et recouvre le plus souvent une psychopathologie sous-jacente polymorphe et complexe, mais dont le point commun reste un absentéisme scolaire prolongé, pouvant compromettre les bases d’apprentissage, de socialisation et de développement de l’estime de soi, et ainsi affecter les stades de développement ultérieurs. La gravité pronostique dépend du temps d’évolution.

Une évaluation complète est nécessaire avant de définir un projet thérapeutique individualisé, projet d’autant plus efficace qu’il intervient précocement et qu’il inclut les professionnels, la famille et l’école.

Le constat clinique d’une exacerbation de ce symptôme pendant cette période de pandémie, chez des enfants et adolescents de tous âges, avec des formes bruyantes et sévères, entraînant des complications psychologiques et des décrochages scolaires a motivé le choix du thème de notre congrès.

Nous essaierons de répondre à plusieurs questionnements :
Quelle est la psychopathologie en jeu? Quels sont les signes cliniques patents et les troubles le plus souvent associés ? Quelles évaluations possibles ? Quels sont les professionnels concernés et comment arriver à travailler en concertation ?
Quels sont les rôles de l’école et de la famille ?
Comment accompagner au mieux ces enfants ? Est-il nécessaire de créer une unité de soins spécialisés et comment s’en donner les moyens dans notre pays ?

Notre programme comprendra six conférences, deux sessions thématiques et plusieurs ateliers pratiques. Une inscription préalable aux ateliers est souhaitable car les places sont limitées.

A la fin du congrès, une synthèse des points principaux abordés sera présentée. Plusieurs orateurs de renom seront parmi nous. Nous avons réservé des plages de temps aux jeunes praticiens pour qu’ils puissent présenter leurs travaux de recherche.

Nous comptons sur votre présence et espérons vous voir nombreux.

Nawal IDRISSI KHAMLICHI
Présidente de la SMPPA

 

 

Société Marocaine de Pédopsychiatrie et Professions Associées
 Copyright © SMPPA 2021. Tous droits réservés.