Chers amis, chers confrères,

Enfance et violence sont deux termes apparemment antinomiques. Et pourtant ils sont très souvent associés. Les enfants peuvent être auteurs de violences mais ils sont encore trop souvent victimes de violences, maltraitances, négligences et abus. Ceci, au sein de leurs familles, dans la rue, à l’école, dans les établissements spécialisés ou institutions qui les accueillent et qui sont censés les protéger. Ces violences constituent une atteinte grave à leurs droits fondamentaux et entraînent des conséquences désastreuses sur leur développement physique, psycho-affectif, intellectuel et social. Partout dans le monde, une grande partie de cette violence est tue ou n’est pas reconnue.

Durant ce congrès, nous nous interrogerons ensemble sur notre pratique, nos comportements et attitudes, menant ainsi une véritable réflexion éthique. Comment écouter un enfant victime de violences? Quelles difficultés entourent sa prise en charge? Les professionnels sont-ils suffisamment informés et formés pour dépister, accompagner et protéger? Pédiatres, médecins légistes, pédopsychiatres, infirmiers, psychologues, magistrats, officiciers de police judiciaire, enseignants, éducateurs, familles, ONG sont impliqués. Leur collaboration est-elle efficiente? Comment et pourquoi faut-il faire des signalements?

D’autre part, nous essaierons de comprendre pourquoi l’enfant et l’adolescent peuvent devenir violents. Peut-on prévenir cette violence ? Que proposer comme prise en charge?

Notre programme comprendra une conférence inaugurale, trois sessions thématiques et plusieurs ateliers pratiques. Ces ateliers traiteront de sujets importants tels que l’écoute de l’enfant victime de violences, la teneur des certificats médico-légaux, l’importance du signalement, les échelles de validité, les troubles des apprentissages des enfants victimes de violences, la gestion de la violence… Une inscription préalable aux ateliers sera requise car les places sont limitées. Une table ronde regroupant pédiatres, pédopsychiatres et magistrats répondra à des questions importantes: dans notre pays, les mécanismes de protection sont-ils suffisants? L’enfant est-il considéré comme un sujet de droit? Son intérêt supérieur est-il pris en compte? Que faire en pratique pour venir en aide efficacement aux enfants victimes de violences?

Des séances de communications orales libres et affichées seront réservées, comme à l'accoutumée, aux jeunes résidents pour présenter leurs travaux.

En post-congrès, nous comptons publier un guide avec des recommandations pratiques sur la conduite à tenir pour repérer au plus tôt les signes d’alarme, protéger les enfants et faire reconnaître leurs droits.

Nous espérons vous voir nombreux parmi nous et vous attendons pour des échanges fructueux.

Rajae Sbihi
Présidente de la SMPPA

 

Société Marocaine de Pédopsychiatrie et Professions Associées
 Copyright © SMPPA 2016. Tous droits réservés.